• Jinchūriki

     

     

     

    Jinchuriki:

    Craints en raison du potentiel de destruction que chacun d'entre eux représentent, mais recherchés pour les mêmes raisons, les bijūs sont depuis plusieurs générations la propriété de groupes de ninjas qui, grâce à des techniques à base de sceaux, les enferment dans des êtres humains dont la vie est sacrifiée pour qu'ils deviennent des armes vivantes. On appelle ces hôtes les jinchūriki (pouvoir du sacrifice humain), ils sont souvent craints ou haïs tout autant que les bêtes dont ils recueillent les pouvoirs et l'âme. Ils sont ainsi exclus de la vie sociale normale. Beaucoup finissent par devenir des misanthropes repliés sur eux-mêmes.

    Ce n'est d'ailleurs pas le seul problème de l'hôte, par exemple celui de Ichibi, incapable de dormir, finit par développer une personnalité très instable ; quant à celui de Kyûbi, bien qu'immunisé contre le chakra de son bijū à force de le consommer à petites doses en continuité, reste exposé à l'empoisonnement lors d'une très forte décharge. Cependant en apprenant à l'utiliser correctement et à canaliser cette puissance, il est possible de devenir extrêmement puissant. Si un démon est extrait de son hôte, celui-ci en meurt.

    Un jinchūriki est en fait le nouveau corps du bijū. Exemple : Kyûbi. Lors de la sortie de la 4e queue, Naruto perd le contrôle de lui-même et le démon renard prend le dessus sur lui. Il prend possession de tout son corps, intelligence, jutsu et bien plus encore, mais conserve une taille humaine bien qu'un aspect de renard.


    Le principal avantage fourni par Kyûbi à son hôte est la vitesse de guérison extrêmement élevée, y compris sur des blessures graves par la diffusion de son chakra, seulement cet avantage est à double tranchant. En effet à forte dose, comme beaucoup de médicaments guérissant le mal par un autre mal, il agit comme un poison qui blesse et tue son hôte à petit feu. La résistance de Naruto face à cette déferlante est d'ailleurs étonnante, même lorsqu'elle est minime à la grande surprise de certains personnages. Une hypothèse plausible est qu'il dispose d'un héritage génétique propice au démon. Comme la couleur orange de ses vêtements identique à la fourrure d'un renard et/ou le fait qu'il est rusé !…

    Lorsque le démon prend une plus grande influence sur les capacités de Naruto, celui-ci s'entoure d'une gangue de chakra rougeâtre d'abord informe puis, au fur et à mesure de l'accroissement de l'influence du démon, de la forme d'un renard à une ou plusieurs queues. Bien que jusqu'à la troisième, le jinchūriki garde le contrôle, une fois la quatrième queue sortie, la personnalité du bijū remplace celle de l'hôte. Il s'ensuit alors une plus grande transformation avec la disparition de la peau et l'invasion de la gangue par le sang la faisant apparaître rouge sombre. Avec la 6e queue, le squelette du renard apparaît, procurant au jinchūriki une grande agilité et une vitesse prodigieuse. Avec la 8e queue, il ne manque plus que la fourrure (muscles apparents). La 9e queue ne devrait jamais réussir à se former, puisque le sceau du Yondaime Hokage est doté d'un mécanisme de protection qui empêche Naruto d'enlever lui même le sceau.

    Dans un ensemble d'épisodes filler de Naruto Shippūden, on découvre un second personnage, Sora, semblant posséder Kyûbi ou une réplique de celui-ci. Il s'avère au final que ce n'était que le résidu du chakra de Kyûbi flottant dans l'air suite à l'attaque de Konoha, implanté par son propre père afin de détruire le village caché de Konoha.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :